Domaines thérapeutiques ciblés par GeNeuro

GeNeuro développe des traitements pour les maladies associées à l’expression de la protéine du rétrovirus endogène humain pHERV-W Env, et plus particulièrement les maladies du système nerveux et les maladies auto-immunes : la sclérose en plaques, le diabète de type 1, et la Polyneuropathie Inflammatoire Démyélinisante Chronique (PIDC). Cependant, des études précliniques sont en cours dans d’autres indications : la schizophrénie, la sclérose latérale amyotrophique (SLA), et les maladies associées à l’expression d’autres HERV, tels que HERV-K.

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie inflammatoire du système nerveux central, caractérisée par une neurodégénérescence progressive au niveau du cerveau et de la moelle épinière. Les manifestations cliniques sont une faiblesse musculaire, une perte de coordination musculaire, des douleurs, et une progression vers des invalidités sévères, tels qu’une perte de la vision, une perte du contrôle de la vessie et une paralysie. Les problèmes cognitifs et psychologiques sont fréquents. La SEP touche aujourd’hui plus de 2,5 millions de personnes dans le monde.

Le diabète de type 1 (DT1) est une forme de diabète sucré qui résulte de la destruction auto-immune des cellules bêta productrices d’insuline dans le pancréas. Les symptômes classiques du diabète de type 1 sont notamment : polyurie (production excessive d’urine), polydipsie (soif excessive), xérostomie (sécheresse buccale), polyphagie (faim excessive), fatigue et perte de poids.

La polyneuropathie inflammatoire démyélinisante chronique (PIDC) est une maladie rare des nerfs périphériques, caractérisée par une faiblesse progressive et des sensations anormales au niveau des bras et des jambes. La prévalence de la PIDC est estimée à environ 1 à 2 pour 100 000 personnes.

La schizophrénie (SCZ) est une maladie psychiatrique chronique et sévère. Les caractéristiques cliniques principales de la maladie sont des délires, des hallucinations auditives, des troubles de la pensée, un repli social, un manque de motivation et un dysfonctionnement cognitif. La SCZ touche aujourd’hui plus de 51 millions de personnes dans le monde.

La sclérose latérale amyotrophique (SLA) est une maladie neurodégénérative progressive qui touche les cellules nerveuses du cerveau et de la moelle épinière. La SLA est caractérisée par une dégénérescence progressive et une destruction des neurones moteurs, entraînant une perte du contrôle de l’action musculaire volontaire, et par conséquent de la capacité de parler, de manger, de bouger et de respirer, aboutissant à terme à la mort. Il existe deux types de SLA : la SLA sporadique et la SLA familiale.

L’étiologie de ces maladies, dans laquelle des facteurs environnementaux et génétiques semblent jouer un rôle, est incertaine. Dans les années 1990, un nouveau rétrovirus endogène, appelé alors MSRV, appartenant à la famille des HERV-W, a été découvert dans les cellules d’un patient atteint de SEP. Les travaux de recherche ainsi que plusieurs études scientifiques menées pendant 25 ans par GeNeuro et des groupes universitaires ont établi un lien entre les HERV-W/MSRV et la SEP, la PIDC, le diabète de type 1 et la SCZ.