Informations complémentaires sur le diabète de type 1 et la protéine pHERV-W Env pathogène

Le diabète de type 1 (DT1) est une maladie chronique résultant de la destruction auto-immune des cellules bêta productrices d’insuline dans le pancréas. Le pancréas n’est alors plus capable de produire de l’insuline en réponse à une augmentation des taux de glucose dans le sang, ce qui entraîne une hyperglycémie. Le traitement par insuline à vie est la seule option pour contrôler la glycémie chez ces patients, car il n’existe actuellement aucun traitement curatif pour le DT1. Malgré les progrès réalisés dans l’insulinothérapie de substitution depuis plusieurs décennies, les patients atteints de DT1 obtiennent rarement une glycémie normale. Un mauvais contrôle de la glycémie est associé à une mortalité accrue et des complications sévères, dont la rétinopathie diabétique, la néphropathie, l’ulcère du pied, et la neuropathie diabétique.

GeNeuro a montré à l’aide de méthodes d’immundétection que la protéine pHERV-W Env est présente dans le pancréas des patients atteints de DT1. Les cellules immunitaires de ces patients expriment aussi l’ARNm codant pour la protéine pHERV-W Env. Des études ont montré que des souris transgéniques exprimant la protéine pHERV-W Env sont atteintes d’anomalies de la régulation de la glycémie, dont l’hyperglycémie et des taux réduits d’insuline. Des études in vitro réalisées sur des cellules bêta de pancréas humain ont mis en évidence un effet toxique de la protéine pHERV-W Env, qui inhibe la sécrétion d’insuline en réponse au glucose. Cet effet pathogène peut être bloqué par temelimab. Globalement, GeNeuro a démontré (1) l’expression significative de pHERV-W Env chez des patients atteints de DT1, (2) l’effet pathogène de la protéine pHERV-W Env dans des modèles de diabète, et (3) l’effet positif de temelimab dans des modèles de diabète.